Littérature étrangère

Cécile Pin

Les Âmes errantes

  • Cécile Pin
    Traduit de l'anglais par Carine Chichereau
    Stock
    23/08/2023
    288 p., 20.90 €
  • Chronique de Aurélie Janssens
    Librairie Page et Plume (Limoges)
  • Lu & conseillé par
    13 libraire(s)
illustration

Chronique de Aurélie Janssens

Librairie Page et Plume (Limoges)

Quitter son village, son pays, une partie de sa famille. C'est le sort de millions de personnes à travers le monde. Par bateau, à pied, en train, leur destin, unique, semble pourtant se répéter à l'infini.

Pourtant, derrière les chiffres, il y a des noms, des êtres humains, des histoires. Cécile Pin nous raconte l'une d'elle. Celle d'Anh, de ses frères et des fantômes de sa famille qu'ils ont emportés avec eux en quittant le Vietnam dans les années 1970. Les troupes américaines ont quitté le pays mais l'horizon semble sombre et les espoirs d'une vie meilleur minces. Un oncle est parti aux États-Unis ; il s'en est bien sorti, dit-on. Le père décide alors de quitter le village pour le rejoindre. Anh est partie devant avec ses deux jeunes frères, elle attend le reste de sa famille dans un camp de migrants à Hong Kong, première étape de leur périple. Mais lorsque Anh est appelée pour reconnaître des corps repêchés en mer, elle comprend. Elle comprend qu'elle est désormais seule avec ses frères, qu'elle en est responsable, qu'elle devra tout faire pour qu'ils s'en sortent. La rancœur contre cet oncle, qui a précipité la disparition de ses proches, la pousse à choisir l'Angleterre plutôt que les États-Unis comme point de chute. Un pays peu accueillant : ce sont les années Thatcher et ces immigrés sont vus d'un mauvais œil. Pourtant, Anh ne lâchera rien, fera tout ce qui est possible pour offrir à ses frères une éducation, une place dans ce nouveau pays, un toit, à manger. Le destin d'Anh est à la fois terrible et admirable. On lit ce destin tragique, on vit avec ce trio d'orphelins, on tremble de froid avec eux, on partage leurs doutes, leurs peines mais aussi les moments plus lumineux d'entraide. Et pourtant, on ne peut s'empêcher de penser à tous ceux qui ont connu le chemin de l'exil. Ceux qui ont trouvé un nouveau foyer et ceux qui ne sont jamais arrivés. Un roman bouleversant, pétri d'humanité, qui ouvre le regard et rappelle, puisqu'il le faut encore, que les exilés le sont par nécessité et non par choix.

Les autres chroniques du libraire