Essais

Justine Augier

Par une espèce de miracle

Chronique de Marie-Laure Turoche

()

En 2017, Justine Augier publiait De l’Ardeur (Actes Sud et Babel), livre autour de l’avocate syrienne Razan Zaitouneh, enlevée en 2013 dans la ville de Douma. Lors de cette enquête, elle rencontre pour la première fois le grand écrivain Yassin al-Haj Saleh dont la femme a disparu dans les mêmes circonstances. Depuis, il lui écrit des lettres qu’il publie dans un magazine en ligne. Celui qui fut prisonnier pendant seize ans nous apprend que c’est en cellule qu’il « a appris à lire ». Toute sa vie n’est que révolte : des geôles aux zones rebelles de Raqqa et Douma, il se réfugie à Istanbul puis à Berlin où il devient, pour sa plus grande tristesse, un exilé. Justine Augier nous parle aussi des nombreuses procédures qu’on tente de mettre en place pour attaquer le régime de Bachar al-Assad. Il y a comme une certaine résonance avec le régime nazi. On convoque à ce propos Hannah Arendt et Walter Benjamin. La justice ? Peut-être un espoir de rendre la paix et la liberté au peuple syrien ?

illustration

Les autres chroniques du libraire