Chronique Une soupe à la grenade de Marsha Mehran

Isabelle Aurousseau-Couriol Librairie de Paris (Saint-Étienne)

Une grande première dans cette rentrée littéraire : les éditions Picquier publient un roman iranien. Son auteure, trop tôt disparue, nous offre une histoire charmante, à découvrir sans attendre.

En cette année 1986, les trois sœurs Aminpour (Marjan, Bahar et Layla) ont décidé de poser leurs valises en Irlande. Elles, qui ont fui l’Iran après le départ du Shah et à l’arrivée de l’ayatollah Khomeiny, ont décidé de s’installer à Ballinacroagh, petit village irlandais. Leur projet est d’ouvrir le Babylon Café afin de faire découvrir les délices et les spécialités de leur pays. Elles trouvent le local idéal, une ancienne boulangerie-pâtisserie italienne. Nettoyée, repeinte et aménagée, cette dernière s’emplit d’odeurs et de couleurs exotiques, surprenant et régalant les premiers clients. Leur voisin, Thomas McGuire, le petit chef de la bourgade, propriétaire de pubs et de magasins de spiritueux, ne l’entend pas de cette oreille. Il escomptait récupérer cet emplacement jouxtant l’un de ses bars pour ouvrir une discothèque et ainsi réaliser le rêve de sa vie. Il est prêt à « sortir les armes » pour expédier ces dames dans une autre contrée. Les jeunes femmes sont surprises mais se rendent compte qu’elles ne sont pas les seules à être bousculées par McGuire. Le Babylon Café a ses aficionados et il n’est pas question qu’il disparaisse. Il devient le synonyme de résistance face à ce voisin machiste qui voudrait imposer sa loi. Le village se divise : bières et whiskies versus thés délicatement parfumés et plats épicés. Pour compliquer le tout, la jeune Layla tombe amoureuse du fils de McGuire. Qui va céder ? Des recettes de cuisine perses (des bakhlavas aux « oreilles d’éléphant » en passant bien sûr par la fameuse « soupe à la grenade ») émaillent les différents chapitres de ce roman iranien à la sauce irlandaise. Une lecture charmante qui trouvera sa place auprès du Restaurant de l’amour retrouvé de la Japonaise Ito Ogawa.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@