Littérature française

Carole Fives

Tenir jusqu’à l’aube

Chronique de Isabelle Aurousseau-Couriol

Librairie de Paris (Saint-Étienne)

La narratrice de ce roman vit à Lyon. Elle est seule avec son petit garçon, abandonnée par le père de l’enfant dans cette ville dont elle n’est pas originaire. Elle se sent comme la petite chèvre d’Alphonse Daudet : elle recherche la liberté et sait qu’il lui faudra combattre le loup. Car le soir, elle sort pour marcher, s’évader, en laissant son enfant seul dans son lit. Elle aspire à retravailler mais les collègues d’hier ont disparu. Pas de famille à proximité, pas de grand-mère qui pourrait la décharger de la garde de l’enfant, pas beaucoup d’argent non plus. Dans l’attente d’un père absent, elle cherche des conseils sur des sites d’échanges. Mais c’est plutôt les donneuses de leçons qui se répandent sur la toile, donnant raison à l’adage que les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Pas d’empathie pour cette femme hors normes. Avec ce très beau texte, magnifiquement écrit, Carole Fives nous confronte à la vie difficile de cette jeune femme célibataire qui ne l’a pas choisie et qui pourtant veut la réussir pour son petit garçon.

NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire