Littérature française

Paul Greveillac

Maîtres et esclaves

Chronique de Isabelle Aurousseau-Couriol

Librairie de Paris (Saint-Étienne)

Dans le Sichuan, région montagneuse mais néanmoins grenier à blé de la Chine, naît en 1950 notre narrateur. Son nom est Kewei, il appartient à une famille de paysans qualifiés de moyens-riches, handicap certain dans cette nouvelle République populaire. Son père lui transmet son amour de la peinture avant de mourir prématurément. Le jeune Kewei subit les grands mouvements de l’Histoire chinoise, les Cent Fleurs, le Grand Bond en avant et sa terrible famine, la Révolution culturelle. Protégé par un responsable politique, il échappe à la rééducation par le travail agricole et peut poursuivre des études aux Beaux-arts de Pékin. Il devient peintre du parti, dessine les fameuses affiches de propagande. Marié, père d’un garçon, Xiazhi, il est remarqué par la dernière femme de Mao. Mais l’Histoire le rattrapera encore. Richement documenté sur la vie quotidienne chinoise, Paul Greveillac nous offre, avec ce roman, une Histoire de la Chine à travers la peinture au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, art de propagande ou art de résistance.

NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire