Chronique Les Infâmes de Jax Miller

JÉRÔME DEJEAN, Pigiste ,

Avec Les Infâmes, Jax Miller et Ombres Noires font une entrée remarquée dans le landerneau du thriller féminin. Elles apportent un vent de liberté.

Un premier roman, c’est toujours un peu quitte ou double, en particulier lorsqu’il est précédé d’une histoire digne d’un conte de fées : une jeune auteure de 28 ans, née à New York mais vivant dans une petite commune d’Irlande, de son vrai nom Aine O’Domhnaill, se voit propulsée au devant de la scène littéraire avec un premier contrat à six chiffres, une traduction dans plus d’une dizaine de langues et la sortie dans le monde entier et simultanément de son livre. Freedom Oliver est une femme secrète. Dans la bourgade de l’Oregon où elle réside, elle travaille dans un bar de motards. Un franc-parler, drôle, un peu tête brûlée, elle est fréquemment arrêtée pour ivresse sur la voie publique. Sa « liberté » apparente est toute relative. Son nom est faux et elle fait partie d’un programme fédéral de protection des témoins. Mais c’est surtout la mère de deux enfants placés dans une famille d’accueil dans un autre État, le Kentucky. Lorsqu’elle apprend la disparition de sa fille, Freedom sort de sa tanière et se lance dans une croisade éperdue où elle va devoir affronter les nombreux démons de son passé. Étonnant portrait d’une femme et d’une mère, un premier roman rageur et original qui annonce une nouvelle plume à suivre, et surtout à découvrir.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@