Chronique Mon chagrin éléphant de Cécile Roumiguière

Madeline Roth Librairie L’Eau vive (Avignon)

« Depuis la mort de Mamiette, mon chagrin est grand, un véritable éléphant. Il me suit partout, tout le temps. » Un petit garçon revient du cimetière dans la voiture de ses parents. Et l’éléphant apparaît, à côté de lui, lorsque sa maman lui dit que, mercredi, il ira au centre aéré. Le mercredi, avant, il allait chez Mamiette… Le chagrin éléphant va alors s’inviter à l’intérieur de la vie du petit bonhomme, dans son lit, à la maison, à l’école. Et un éléphant, c’est encombrant. Parfois, il enfle, parfois, il se fait plus petit. Est-ce qu’il disparaîtra un jour ? Matérialiser la notion de chagrin par un éléphant, qui évolue à côté de l’enfant, c’est une idée très forte. Pour dire aux enfants que le chagrin peut être là. Un chagrin aussi gros et envahissant que pourrait l’être un éléphant. Jusqu’au jour où sa taille se réduit, peu à peu. Cécile Roumiguière parle avec une grande justesse de ce moment de deuil et des souvenirs de l’être aimé. Les illustrations de Madalena Matoso sont franches, lumineuses, rieuses. Elles éclairent le texte à merveille.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@