Chronique Les Inéquitables de Philippe Djian

Madeline Roth Librairie L’Eau vive (Avignon)

« Mais il voulait qu’elle enlève ses mains (…) » : quand Philippe Djian, auteur d’une trentaine de romans, choisit les premiers mots d’un nouveau livre, il plonge le lecteur dans une sidérante immédiateté, dont on sortira, 160 pages plus tard, sonné, avec le sentiment troublant d’avoir regardé par une lucarne des événements dont on ne voulait pas forcément être témoin. Marc vit avec Diana, dont le mari Patrick est mort il y a un an. Patrick était le frère de Marc. Les circonstances de sa mort restent très floues. Quand Marc tombe sur trois paquets de drogue échoués sur une plage, la sécurité de chacun va exploser, mettant au jour des secrets, des trahisons avec, en arrière-plan, une violence sourde, diablement efficace. Philippe Djian nous offre une fois de plus de magnifiques portraits de femmes blessées, d’hommes meurtris. Avec son écriture épurée, reconnaissable entre mille, il réussit un roman noir et pourtant fantastiquement lumineux.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@