Chronique La Belle au bois dormant au musée de Amel Khaldi-Bonnaud

Madeline Roth Librairie L’Eau vive (Avignon)

Après Boucle d’Or et Cendrillon, Amel Khaldi-Bonnaud signe le troisième titre de cette collection dont l’idée est d’illustrer un conte classique avec des œuvres d’art. Une version revisitée de La Belle au bois dormant, mise en images par Les Oiseaux de Georges Braque, La Vierge à l’enfant du Titien ou encore La Dentellière de Vermeer. On redécouvre ainsi une histoire que l’on connaît pourtant par cœur, comme si l’œil s’arrêtait sur les détails de certains tableaux, des yeux bleus, un cœur, un renard, un agneau. Les œuvres sont toutes reproduites à la fin de l’ouvrage et c’est une manière ludique et féérique d’approcher l’art, en mélangeant le récit et les images. On découvrira, au détour de l’histoire, la célèbre Joconde, qui joue ici le rôle d’une fée, et on s’émerveillera de La Liseuse couronnée de fleurs, peinte par Corot. C’est bien la succession des couleurs, alliée à celle des mots, qui emporte le lecteur dans une histoire particulière, douce et intrigante.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@