Chronique Le Garçon qui nageait avec les piranhas de David Almond

Madeline Roth Librairie L’Eau vive (Avignon)

« Une petite question pour commencer. Aimeriez-vous que quelqu’un de votre famille – votre oncle Ernie, par exemple – décide de transformer votre maison en conserverie de poisson ? »

C’est ainsi que débute le dernier roman de David Almond. Stanley Potts est un garçon ordinaire qui vit une vie ordinaire, jusqu’au jour où son oncle va un peu trop loin et, de fou, devient cruel. Stanley accepte alors l’offre de Monsieur Dostoïevski : tenir le stand de la pêche aux canards dans un drôle de cirque itinérant. C’est là qu’il va rencontrer le grand Pancho Pirelli, qui exécute un formidable numéro où il plonge et nage dans un bassin rempli de piranhas. Le problème, c’est que Pancho Pirelli est convaincu que Stanley peut le faire aussi. David Almond est l’un des plus grands auteurs jeunesse contemporains. Si ses récits sont souvent sombres, il livre ici au contraire un conte incroyablement lumineux, entre réel et imaginaire. On pense aux livres de John Boyne, eux aussi illustrés par Oliver Jeffers, comme Noé Nectar et son voyage étrange. On y retrouve la même malice, la même attention aux petites choses, aux mots, à la poésie des gens rencontrés sur notre route. Le Garçon qui nageait avec les piranhas concentre l’aventure, la douceur, l’humour. Stanley est un garçon auquel on s’attache incroyablement vite, et si la tristesse n’est jamais loin, c’est la fantaisie qui gagne.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@