Bande dessinée

Radice Teresa

Amour minuscule

Chronique de Alexandra Villon

Librairie La Madeleine (Lyon)

La belle histoire d’amour et d’aventure du Port des marins perdus (Treize étrange) avait fait connaître Teresa Radice et Stefano Turconi en 2016, tandis que patientait en eux, depuis longtemps, le besoin d’écrire un récit beaucoup plus personnel : celui d’Amour minuscule. C’est l’histoire d’un voyage : d’abord à travers un jeune couple qui voit sa vie métamorphosée par l’arrivée d’un enfant ; ensuite à travers le temps et l’espace, de la dictature argentine des années 1970 à l’actuelle guerre en Syrie, quand le passé livre ses secrets à un avenir incertain. Voyage qui, au-delà de la découverte du monde et de l’Autre, sera spirituel et intérieur. Teresa Radice et Stefano Turconi livrent une œuvre généreuse et passionnée, profondément humaniste, tournée vers la tolérance et le dialogue, la contemplation du monde et sa compréhension, la délicatesse de la pensée alliée à l’élégance du dessin. Leur roman graphique est un immense paysage : un moment de lecture inquiet, déchirant et troublé, mais bordé de lumière et d’amour.

NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire