Chronique La Force décuplée des perdants de Nicolas Maleski

Alexandra Villon Librairie La Madeleine (Lyon)

Après La Science de l’esquive (désormais disponible en poche chez HarperCollins), roman finement farceur dans lequel il s’amusait à détourner les codes du roman noir, Nicolas Maleski s’intéresse à une petite ville de montagne apparemment sans histoires, Carsonville, idéalement verdoyante et accueillante, au sein de laquelle évolue un microcosme plaisant de familles, d’amis, de collègues ou d’anciens amants. Heureusement pour nous, derrière chaque tableau idyllique se dissimule un heureux massacre. Et c’est Jeff Cannon, antihéros à la bonhomie parfaite, qui va en faire les frais, tout occupé qu’il est à penser à son ex, peindre une fresque de sa ville et fourrer son nez dans les embrouilles. En effet, Carsonville, sous ses charmants atours, n’est rien de moins qu’un repaire de requins corrompus ! Une fois encore, l’auteur se joue des apparences et malmène nos attentes, mêlant habilement roman noir et comédie légère, avec un art de la formule et un goût prononcé pour l’effet de surprise déconcertant !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@