Chronique Souvenirs de ma vie d’hôtel de Jacques Fieschi

Lyonel Sasso Librairie Dialogues (Brest)

Jacques Fieschi a le goût des ambiances. Il faut le rappeler, il est un scénariste précis qui a signé des scénarios sublimes : Police de Maurice Pialat ou Un Cœur en Hiver de Claude Sautet. Fieschi possède également ce talent de créer des personnages dont certaines boutures et aspects mènent au silence ou à la controverse. C’est, au final, l’enjeu de Souvenirs de ma vie d’hôtel – le silence ou la controverse. Le triangle passionné concocté par Fieschi rappelle François Truffaut mais surtout Jean Eustache et sa Maman et la putain. Vie d’hôtel, érotisme à la dérive et secrets chancelants. Catherine, Jean-Mi et René s’offrent le panorama de la France durant cette fugue désabusée où le pardon peine à s’offrir. Car la vérité finit par rattraper ces nomades de l’émotion. Fieschi a le génie des profils psychologiques en retrait, alourdis de non-dits. On commence ces pages comme autant d’aubes qui durent, les dernières seront irrémédiablement portées par les lueurs du crépuscule, par la culpabilité des souffles ultimes.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@