Chronique Les Enfants de Cadillac de François Noudelmann

Nathalie Iris Librairie Mots en marge (La Garenne-Colombes)

Dans ce palpitant récit, l’auteur raconte l’histoire de son grand-père Chaïm, juif russe parti de Lituanie en 1911 pour fuir les persécutions. Arrivé à Paris, Chaïm s’engage dans l’armée pour obtenir la nationalité française. Il se marie et a un fils, Albert. En 1914, Chaïm part à la guerre et en revient grièvement blessé par une bombe chimique, le gaz moutarde qui rend fou. Chaïm sera interné vingt ans et finira par mourir à l’hôpital psychiatrique de Cadillac. Fin de la première partie du livre. La seconde partie s’ouvre en 1940 lorsque Albert, père du narrateur, déclaré juif, est fait prisonnier par les Allemands. Ses multiples et rocambolesques évasions le sauvent, mais ces cinq années de camp le marqueront à jamais : il finira par se suicider. La troisième partie du livre permet au narrateur de revenir sur le poids de son identité en tant qu’enfant « immigré de la troisième génération » et également en tant que juif. Un livre qui se lit d’une traite et qui marque profondément le lecteur. Un témoignage indispensable.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@