Chronique Les Poètes morts n’écrivent pas de romans policiers de Björn Larsson

Par Katia Leduc Librairie Coiffard (Nantes)

Après Le Cercle celtique, Björn Larsson renoue avec le polar en détournant les codes du genre, pour nous offrir un texte où intrigue policière et poésie s’entremêlent.

Karl Petersen, éditeur de renom, se rend un soir sur le bateau de pêche du poète Yan Y Nilsson pour la signature de son premier roman policier, promis, avant même sa sortie, à un retentissant succès planétaire. Après bien des tergiversations et la crainte de trahir son art, Yan Y Nilsson s’est en effet lancé dans une virulente diatribe contre la finance internationale avec L’Homme qui n’aimait pas les riches. Alors que le champagne s’apprête à couler à flot, Petersen découvre avec stupeur son jeune poulain pendu. Le commissaire Barck, poète mélancolique à ses heures perdues, hérite de l’enquête. En se penchant sur le cadavre de Yan Y Nilsson, il remarque que son cou porte une étrange blessure, preuve que la thèse du suicide d’abord privilégiée est une fausse piste. Bjorn Larsson, en réaction à la déferlante suédoise de Millenium, s’attache à composer un « genre de roman policier » incisif et léger, qui détaille avec férocité et ironie le monde éditorial. Le récit est agrémenté de délicieux poèmes de Yan Y Nilsson, qui ne sont autres que ceux du poète breton Yvon Le Men.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@