Chronique Les morts ne nous aiment plus de Philippe Grimbert

Nicolas Mouton Librairie Presse papier (Argenteuil)

Ce n’est pas sans raison que le bandeau du nouveau roman de Philippe Grimbert rappelle qu’il est l’auteur d’Un secret, classique où surgissent de nombreuses obsessions. En particulier celle de Paul, romancier et psychanalyste spécialisé dans le deuil, dont le credo est : « Les morts ne nous aiment plus ». Mais quand survient la mort « accidentelle » de sa femme, il n’accepte pas l’ordre des choses. Rongé par la culpabilité, incapable d’écrire, absent à lui-même, Paul va revisiter les mythes d’Orphée et de Faust. Il devient alors le jouet de l’inquiétant Jacob Shade (homme des ombres). Le grand thème du livre, on l’aura compris, est avant tout le temps : quelle heure est-il ? Combien de temps suis-je mort ? Ce roman d’un homme face à sa peur est une merveille de construction. Vive et surprenante, sa méditation vous tient en haleine avec la sensation du précipice. Il peut aussi se lire comme une allégorie : l’écriture contre les avatars.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@