Littérature française

Jean-Pierre Ohl

Le Chemin du diable

Chronique de Guillaume Chevalier

Librairie Mot à mot (Fontenay-sous-Bois)

Dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, une affaire non élucidée refait surface et cristallise les tensions d’une société en plein bouleversement. Un roman passionnant et intelligent.

1824. Angleterre, ville de Darlington. Le premier chemin de fer du pays est en cours de réalisation lorsqu’un cadavre est déterré par les ouvriers. Cette découverte va réveiller une affaire vieille de vingt ans concernant une disparition inexpliquée au sein de l’une des familles bourgeoises les plus en vue de la région. Edward Bailey, un notaire sujet à la dépression, va être nommé juge de paix sur cette affaire, avec la consigne à peine dissimulée d’enterrer l’enquête au plus vite. Secondé par son clerc, un homme à l’intelligence redoutable, il se met en quête de la vérité, quelles qu’en soit les conséquences. Ce roman historique construit comme un polar est porté par une écriture savante et un soin du détail remarquable. L’immersion est réussie, tant au niveau du vocabulaire utilisé que des thématiques abordées entre les lignes. On y évoque la Révolution française et l’Empire napoléonien, la révolution industrielle naissante et les problématiques qu’elle entraîne, on y parle de la place des femmes et de lutte des classes. Dans ce monde en mutation, les intérêts divergent et le parallèle avec notre société contemporaine est évident. Il nous rappelle que l’Histoire a toujours cette capacité à éclairer le présent.

NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire