Chronique La Valse des tulipes de Ibon Martin Alvarez

Marie-Ève Charbonnier Librairie Paroles (Saint-Mandé)

Octobre 2018, Gernika, Pays basque espagnol. Attachée sur des rails, une femme meurt sous les roues d’une locomotive à grande vitesse, accessoirement conduite, cruauté suprême, par son mari (innocent faut-il le préciser). Dans ses mains serrées, on retrouve une tulipe rouge. La police locale mène l’enquête, très vite renforcée par Ane Cestero, fraîchement promue à la tête d’une Unité spécialement chargée des résoudre les « homicides notoires ». Rapidement, le lien est fait avec deux autres femmes mortes tragiquement et retrouvées elles aussi des tulipes rouges à la main. La chasse au meurtrier en série est ouverte. Pour résoudre l’enquête, qui les fera louvoyer entre de sombres trafiquants de drogue et un mystérieux couvent aux sœurs austères et revêches, les enquêtrices Ane et Julia forment un duo de choc. Au-delà de la résolution de l’affaire, rondement menée et pleine de suspense, et des personnages attachants, le sel du livre réside dans l’ambiance. Une pluie continue, la mer qui revient sans cesse, des mots basques glissés çà et là, des habitants pleins de caractère, entre âpreté et sincérité. Efficace et dépaysant.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@