Chronique J'ai tué le soleil de Winshluss

Guillaume Boutreux Librairie M'Lire (Laval)

Récompensé en 2009 du prix du meilleur album au festival d'Angoulême avec Pinocchio – une version toute personnelle du conte de Collodi –, Winshluss est un auteur plutôt rare, bien que vénéré, dans le milieu de la BD dite « alternative ». Son ton et son dessin développent un humour des plus décalés, voire trash, dans lequel il se plait souvent à détourner les icônes de la pop culture ou les personnages classiques, pourfendant ainsi avec acidité mais justesse les travers de nos sociétés. J'ai tué le Soleil ne déroge pas avec la ligne subversive de ses livres précédents. Cette bande dessinée raconte l'histoire d'un homme seul, déambulant dans un monde réduit à néant par une épidémie foudroyante qui a décimé l'humanité. Poursuivi par les chiens revenus à l'état sauvage, il lutte chaque jour pour survivre. Si le sujet n'est pas neuf, Winshluss a su lui apporter sa patte brutale, sans concessions, avec un humour peut-être encore plus noir.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@