Littérature étrangère

Jodi Picoult

La Tristesse des éléphants

  • Jodi Picoult
    Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Girard
    Coll. «NULL»
    Actes Sud
    04/01/2017
    448 p., 23 €
  • Chronique de Frédérique Franco
    Librairie Le Goût des mots (Mortagne-au-Perche)
  • Lu & conseillé par
    14 libraire(s)
NULL
illustration

Chronique de Frédérique Franco

Librairie Le Goût des mots (Mortagne-au-Perche)

On ne ressort pas indemne de la lecture de ce roman magnétique et étonnant. Émotions et suspense sont au rendez-vous. Une histoire fascinante à l’issue de laquelle… vous ne verrez plus les éléphants de la même manière.

Jenna a 13 ans. Elle décide de partir à la recherche de sa mère Alice, qu’elle n’a pas revue depuis dix ans. Cette dernière a disparu mystérieusement, suite à un incident inexpliqué dans la réserve d’éléphants dont elle s’occupait avec son mari dans le Tennessee. Jenna est persuadée que sa mère n’a pas pu l’abandonner et qu’elle est toujours vivante. Armée de toute sa détermination et de l’énergie de l’adolescence, elle se fait aider par Virgil, l’un des inspecteurs en charge de l’enquête à l’époque de cette disparition, devenu depuis un détective privé solitaire et porté sur l’alcool, qui tente de rattraper ses erreurs de jeunesse. Elle recrute également Serenity, une voyante extra-lucide autrefois célèbre et médiatisée. À de nombreuses reprises, Serenity a aidé la police à résoudre des enquêtes, mais au moment de sa rencontre avec Jenna, elle ne « voit » plus grand-chose. Elle s’attache néanmoins à aider la jeune fille dans ses recherches, gardant l’espoir de retrouver ses propres dons. Parmi les indices dont dispose Jenna, il y a le journal de bord de sa mère, qui était scientifique, grande voyageuse et spécialiste des éléphants et de leurs rituels de deuil. Elle élaborait notamment un inédit programme de recherche sur leurs émotions. L’histoire s’articule habilement entre les recherches d’Alice et l’enquête de Jenna, Virgil et Serenity, faisant alterner les points de vue. L’ensemble donne un roman riche en émotions, parfois très drôle, et surtout impossible à lâcher. La Tristesse des éléphants est un texte bien documenté, au suspense savamment orchestré. Cette histoire sur la passion d’une vie, l’amour filial, le manque et le deuil, est fascinante et captivante de bout en bout, jusqu’au dénouement final époustouflant. Bref, un grand coup de cœur de ce début d’année.

Les autres chroniques du libraire