Littérature étrangère

Elsa Osorio

La Capitana

photo libraire

Chronique de Coline Hugel

()

Mika Etchebéhère, militante anarchiste d’origine argentine, fut de tous les combats. Née au début du XXe siècle, elle s’engagea très vite aux côtés des opprimés, que ce soit en France, en Allemagne, en Patagonie ou en Espagne. C’est dans ce pays, sous la botte du dictateur Franco, qu’elle se révèlera, à la mort de son mari, et deviendra la Capitana, une des premières femmes à diriger un groupe armé. Elsa Osorio fit sa connaissance (sans jamais la rencontrer) en 1985, grâce à un ami qui lui raconta la vie extraordinaire de cette combattante acharnée : « J’ai été fascinée par cette femme qui a eu le courage de vivre sa passion révolutionnaire jusqu’à ses dernières extrémités. Mika a démoli l’un après l’autre les murs des préjugés. » Centré sur la période de la guerre d’Espagne, La Capitana dresse le portait d’une femme formidable, qui a toujours refusé de tourner le dos à ses principes, quitte à en payer le prix fort. Un modèle à suivre, assurément !

 

  • Elsa Osorio
    Traduit de l’espagnol (Argentine) par François Gaudry
    Coll. «Coll. « Suite hispano-américaine »»
    Métailié
    10/08/2022
    336 p., 12 €
  • Chronique de Coline Hugel
  • Lu & conseillé par
    16 libraire(s)
illustration

Les autres chroniques du libraire