Chronique Le Théâtre des nuits de Carl Aderhold

Christèle Hamelin Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

Soldat Antoine Rivière. Matricule Seine 2B 5708. Répété comme un mantra pour ne pas s’abandonner à des images de bonheur qui porteraient la poisse et qui n’ont qu’un seul visage, celui de Blanche, unique salut dans le bourbier de 1916. Ces deux-là, leur amour naît du théâtre puisque Blanche fait partie du Théâtre aux Armées autorisé à se produire non loin du front pour offrir du réconfort aux Poilus. Blanche, aux côtés des plus grandes actrices de l’époque, tient son destin entre les mains, ce théâtre est son tremplin. Elle brûle les planches et enflamme le cœur d’Antoine. Une nouvelle fois, les mots de Carl Aderhold emportent. Ils honorent les comédiens et le théâtre, chers à l’auteur, disent tout de l’amour, même quand celui-ci s’épanouit dans les tranchées, révèlent les fêlures, les craintes, les attentes d’hommes et de femmes qui aspirent juste à vivre. Un roman fort dont la dernière page, à n’en pas douter, vous obligera à relire les premières.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@