Littérature étrangère

Pol Guasch

Napalm dans le cœur

photo libraire

Chronique de Quentin Franchi

Librairie La Comédie Humaine (Avignon)

Pol Guasch nous offre, avec ce premier roman, une expérience de lecture rare. Dans ce récit troublant, fragmenté, morcelé, on retrouve la liberté poétique qui irriguait ses précédentes œuvres. Le texte est tour à tour épistolaire, narratif, évocateur et disparaît soudain pour faire place aux dessins et à la photographie. Au cours de ce récit de guerre et de survie, dans un monde proche de sa fin, le personnage perd le peu qu’il possède :, sa jeunesse, son innocence, ses amours. L’intelligence de cette œuvre réside dans le dialogue entre le fond et la forme. Nous ne savons pas où nous sommes ni ce que vit ce monde, comme nous ne savons pas ce que nous lisons : pamphlet politique, dystopie poétique ou œuvre visionnaire et intime ? L’écriture hallucinante de ce Napalm dans le cœur en fait une œuvre unique, entre La Route de Cormac McCarthy et Frères sorcières d’Antoine Volodine. C’est plus qu’un roman fou : c’est un très bel objet littéraire non identifié.

illustration

Les autres chroniques du libraire