Chronique Quand le requin dort de Milena Agus

  • Milena Agus
  • Traduit de l'italien par Françoise Brun
  • Coll. «Piccolo»
  • Liana Levi
  • 11/03/2021
  • 163 p., 9 €

Christèle Hamelin Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

«°Quand le requin dort°», il faut saisir sa chance, essayer d’échapper à ses dents puissantes, rejoindre la lumière. Mais chez les Sevilla-Mendoza, le bonheur file entre les doigts comme le sable brûlant des plages de Sardaigne. Coincée entre une mère fragile et inadaptée, un père volage et absent, un frère enfermé dans sa musique, une tante en mal d’amour, la narratrice, adolescente à vif, s’abîme dans une relation perverse et toxique avec un homme marié. Dans cette famille bancale où la normalité est un vain mot, on préfère s’en remettre à Dieu ou aux superstitions, fuir plutôt que d’affronter les pièges de l’existence et de l’amour, rester prisonnier d’une vie ingrate. Le premier roman de Milena Agus oscille entre lumière et obscurité et augure déjà de son écriture sans détours qui, en quelques mots, crus ou poétiques, souligne la mesquinerie des hommes, la soumission des femmes, aborde des vies foireuses et pourtant singulières.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@