Chronique Nino dans la nuit de Capucine Johannin, Simon Johannin

Jean-David Henninger Librairie La Marge (Haguenau)

Pas facile d'avoir 20 ans en 2020. Nino hésite, tente l'armée, des petits boulots, touche à la drogue, deale un peu, goûte au Paris cradingue, comprend vite qu'il est né grain de sable dans une machine économique grippée. Mais son centre, sa nuit, son obsession, c'est Lale, la compagne des jours pauvres qui lui offre un bonheur et une extase sans le sou. Les galères sont plus supportables à deux. Les amis, les fêtes mettent un peu de beauté dans ce monde gris. Surtout, la langue du couple d'auteurs embarque le lecteur dans un grand moment de littérature. Argot, violence, poésie, fleurs bleues, à mi-chemin entre Céline et Baudelaire : le tourbillon des pensées de Nino est impossible à lâcher, chaque phrase est pleine de furie et d'envie d'en découdre. Voici donc la France pauvre, punk, des êtres humains cassés mais beaux, le portrait d'une jeunesse maudite qui vit au jour le jour, dont l'énergie transcende la crasse et à laquelle il ne reste que style et amour.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@