Chronique Le Parc à chiens de Sofi Oksanen

  • Sofi Oksanen
  • Traduit du finnois par Sébastien Cagnoli
  • Coll. «La cosmopolite»
  • Stock
  • 07/04/2021
  • 540 p., 25 €

Laura Picro Librairie L'Arbre à lettres (Paris)

L’atmosphère est tendue, au bord de la rupture dans ce parc à chiens où la narratrice semble sur le point de perdre le contrôle de sa vie. Car cela va être l’enjeu de tout le roman, de maîtriser une situation qui se dérobe à chaque instant. Olenka a quitté Snijné pour devenir mannequin puis s’occuper d’une agence de dons d’ovocytes. Dans l’Ukraine d’après l’effondrement de l’Union soviétique, les habitants sont prêts à tout pour se sortir de la misère et toutes les malversations sont donc possibles. Tout fonctionnait à merveille jusqu’au mauvais client trop haut placé. Tout s’enraye, le passé trouble de tout un pays ressurgit et c’est la fuite avec l’angoisse au ventre qui se répand en nous aussi. Car l’autrice nous maintient en état de tension, ne nous livrant les informations qu’au compte-gouttes, remontant progressivement le temps avec cette manière incomparable de décrire les ambiances des pays de l’Est, aigres et envoûtantes.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@