Chronique D’autres vies de Imane Humaydane

Par Alexandra Romaniw Librairie L’Atelier (Paris 20e)

Comment vivre après la perte d’un frère et la disparition d’un homme aimé passionnément, emportés par la guerre ? Ce roman tente d’y répondre à travers un beau portrait de femme.

Myriam retourne à Beyrouth afin de vendre la maison de famille dont elle a hérité. Quinze ans plus tôt, elle a quitté le Liban et s’est installée en Australie, puis au Kenya, ce qui lui a permis de construire une nouvelle vie, loin de la guerre. Sa vie intime se déploie lentement, ses souvenirs, ses réflexions, ses questionnements forment une mosaïque, une spirale sans fin dont le point central est l’exil. Ce retour pose la question du déracinement. La force de la narratrice réside dans sa volonté de comprendre et d’accepter son destin, dans la conscience de sa liberté, de sa capacité de choix, dans ses renoncements. Les personnages que l’on croise dans ce roman sont presque tous des exilés, des gens déroutés, décalés. Humaydane les décrit avec une grande humanité. Ce récit au ton mélancolique, au style très vif, peut aussi se lire comme le journal d’une femme dont l’exil forcé a déterminé la vie. Ce destin est décrit avec une grande délicatesse et une sensualité qui font de Myriam un personnage très attachant. Imane Humaydane propose une réflexion extrêmement juste sur l’identité.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@