Chronique Maleficium de Martine Desjardins

Par Françoise Gaucher Librairie Le Coin des Livres (Davézieux)

L’abbé Savoie (1877-1913) a bénéficié de la protection de l’Église, qui l’a caché dans un monastère à la fin de sa vie. Des légendes prétendent qu’il aurait écrit un manuscrit. Ce manuscrit, le voici.

L’abbé Savoie écoute en confession sept hommes à tour de rôle. Ils s’apitoient sur leur sort et maudissent la créature diabolique, mi-femme, mi-démon, qui a provoqué insidieusement chez eux une malformation lors d’un voyage en Afrique ou en Orient. Tantôt dotée d’une queue reptilienne, tantôt d’une chevelure épineuse ou d’une autre curiosité, elle présente cependant toujours une cicatrice singulière sur les lèvres. Chacun dans son domaine avoue comment il a succombé à la tentation et quel supplice lui a été infligé pour le punir de son vice. Le récit de ces voyages, porté par la sublime écriture de Martine Desjardins, met à contribution tous nos sens et nous ensorcèle : parfums de roses et de safran, douceur des tapis persans, splendeurs des palais et des paysages, goût sucré des dattes, punitions charnelles, érotisme des personnages. L’esprit vacille entre répulsion et fascination. Mais le meilleur, qui est aussi le pire, arrive avec une huitième confession qui s’abat sur l’abbé, tel un châtiment. Elle scellera son destin et révèlera la face cachée de chaque protagoniste, surprenant à la fois l’abbé et le lecteur.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@