Chronique La Folie Giovanna de Élise Galpérine

Antoinette Roméo-Brunier Librairie Le Cadran lunaire, Mâcon

Deux ans après Le Murmure des tissus , où il était question d’étoffes, de vocabulaire et de textile, toute coquetterie mise en avant, véritable éloge des motifs et des textures soyeuses, Élise Galpérine, toujours chez Nicolas Chaudun, continue de nous transporter dans d’autres temps, vers d’autres fragilités. Avec La folie Giovanna et le portrait de cette famille très 1900, l’odeur des madeleines et du thé sous le cerisier n’est pas loin. La grande bourgeoisie est à portée de main et avec elle son « lot de fadaises dynastiques » où l’ordre inébranlable règne et où tout doit être contenu et tu. Tout… sauf François.

Élise Galpérine nous donne à lire un très précieux roman où tout est dit – et dans quelle langue ! – sur ces si belles familles du début du xxe siècle, imperturbables, immuables dans leurs traditions… à moins qu’un petit être extraordinaire ne vienne bouleverser l’ordre établi et, du haut de son enfance, nous montre la face cachée de ce monde et ce qu’il dissimule de plus douloureux. Magnifique.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@