Littérature française

Sandrine Yazbeck

Les Imparfaits

photo libraire

Chronique de Anne Lesobre

Librairie Entre les lignes (Chantilly)

Il est des livres que l’on aime parce qu’ils nous montrent un chemin lumineux. Il en est d’autres, que l’on aime tout autant, qui sont jonchés de pierres et suggèrent l’ambiguïté de l’âme humaine. Les Imparfaits est de ceux-là. Gamal et Howard sont journalistes : le premier, anglo-égyptien, est grand reporter et a passé sa vie sur le terrain ; le second, descendant de la bourgeoisie anglaise, est journaliste politique mondain. Malgré cinquante ans d’amitié, tout les oppose, à commencer par leur vision du monde : quand l’un pratique le journalisme pour essayer de le changer, l’autre l’accepte tel qu’il est avec un certain cynisme. Il n’y a guère que Clara, la femme de Gamal, dont Howard est amoureux, qui les lie encore. Mais celle-ci a disparu depuis cinq ans. C’est la découverte d’un mensonge d’Howard qui va faire voler en éclats cette relation faite d’habitude et d’amitié. Un très beau roman sur la frustration, la peine et la colère nées de l’incompréhension.

NULL
illustration