Littérature française

Virginie Caillé-Bastide

Le Sans Dieu

Chronique de Anne-Sophie Rouveloux

()

Arzhur, en cette nuit d’hiver 1709, se rend à l’église de Plouharnel. Ses sept enfants viennent de trépasser, sa femme a perdu la raison. Muni d’une épée, il brise les vitraux de la chapelle et maudit Dieu avant de disparaître. Nous le retrouvons en 1715, en pleine mer des Caraïbes. Il est devenu l’Ombre, un pirate sans foi ni loi. Après l’attaque d’un navire espagnol, il capture Anselme, un prêtre jésuite. Ces deux-là entament alors une partie d’échecs, au sens propre comme au figuré, s’interrogeant sans cesse sur la question de Dieu, tandis qu’autour d’eux flibustiers et corsaires s’affrontent avec rage. Avec sa langue riche, agrémentée d’expressions en breton, Le Sans Dieu possède tous les ingrédients d’un bon roman de pirates : des péripéties, des personnages hauts en couleur et de nombreuses scènes où le lecteur retient son souffle ! Car nous avons une immense sympathie pour ces hommes et ces femmes qui ont fui leur détresse terrestre pour embarquer pour un horizon sans limite, où tout est (peut-être) possible.

illustration

Les autres chroniques du libraire