Chronique Trois fois la fin du monde de Sophie Divry

alice rüest Librairie vivement dimanche (lyon)

Un jeune homme est arrêté pour vol. En prison, il apprend le contact violent avec les autres, les humains, nos frères qui nous écrasent, dans la douleur, les jeux de pouvoir à la promenade et les punitions dans les couloirs. Sophie Divry invente alors l’Apocalypse, détruit notre monde, libère son personnage et crée une zone interdite dans laquelle va fuir et se réfugier Joseph Kamal. Désormais, il squatte une ferme, grappille sa nourriture et, petit à petit, retrouve la sérénité. Il adopte un chat, ou le contraire peut-être, jardine et dors enfin tranquille. Seul. Jusqu’au jour de la troisième fin du monde. Un texte court et dense qui nous emmène avec Kamal sur le chemin du manque de l’autre, après l’avoir haï. Comment vivre dans la compagnie des hommes ? Comment s’émanciper du social ? Comment trouver refuge dans la solitude ? Et surtout, comment arrêter d’espérer de l’autre et rester debout, malgré tout ? Joseph Kamal en Robinson contemporain. Une magnifique réflexion sur notre besoin de solitude, impossible à tenir.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@