Chronique Les Corps de verre de Erik Axl Sund

Catherine Florian Librairie Violette and co (Paris 11e)

Le commissaire de police Jens Hurtig est confronté à une série de meurtres et à une vague de suicides. Des jeunes mettent fin à leur vie dans une mise en scène méticuleuse. Ils partagent en outre une passion pour la musique d’un certain Hunger. Le commissaire suppose un lien entre les meurtres de plusieurs hommes d’âge mûr, qui se connaissaient tous, et cette épidémie suicidaire. Chaque chapitre, très bref, constitue la pièce d’un puzzle qui prend forme à la fin du roman. Le lecteur est emporté dans un jeu machiavélique. Amateurs d’une musique discordante, aux morceaux vocaux hurlés, maquillés et habillés dans un style morbide, ces jeunes maltraitent leurs corps par la consommation de drogues, d’alcool et la pratique de l’automutilation. Le duo suédois Erik Axl Sund nous entraînent dans l’univers du black metal, à l’imagerie satanique, particulièrement développé dans les pays scandinaves. À travers cette histoire labyrinthique, ils dénoncent le fondamentalisme religieux, les manipulations et certains abus sexuels et psychologiques.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@