Chronique Visa transit, volume 3 de Nicolas de Crécy

Séverine Aumont-Sanz Libraire Volte pages (Olivet)

Enfin le final tant attendu de ce périple entamé par l’auteur en juillet 1986 avec son cousin, dans cette antique Citroën Visa dont on se demande même comment elle a pu les emmener si loin ! Après l’Italie, la Yougoslavie, la Bulgarie et Istanbul, l’aventure se poursuit jusqu’à la mer Noire qui sera la fin du parcours. Le récit se fait plus intimiste encore, mais aussi plus sombre, même si l’humour est toujours au rendez-vous. Nicolas de Crécy aborde la douleur (ah ! ce dos qui le fait tant souffrir depuis le premier tome), l’errance médicale, le diagnostic, enfin, avec ses conséquences ; l’angoisse de la solitude, de la décrépitude, de la mort. Le traitement à l’aquarelle est toujours aussi saisissant. Le poète Henri Michaux nous fait encore l’honneur de sa présence. L’invitation au voyage – tant physique que mémoriel – de ce tome 3 conclut avec brio cette aventure de jeunesse.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@