Chronique Une ville à soi de Li Chi

  • Li Chi
  • Traduit du chinois par Hang Ling et Vanessa Teilhet
  • Coll. «NULL»
  • Actes Sud
  • 07/11/2018
  • 208 p., 16.50 €
NULL

Julie Giraudon Librairie Almora (Paris 20e)

Il est des vies qui forcent l’admiration et des destins la fascination. Dans une Chine en ébullition, les modes de vie évoluent et la place des femmes au sein la société tout autant. Mijie, veuve et issue de l’armée, tient aujourd’hui une boutique de cirage de chaussures, soutenue par la douce discrétion de sa belle-mère. Fengchun viendra y travailler pour ridiculiser son mari dont le manque de volonté dans le travail la désole. Ces deux femmes unies par une complicité tendre et profondément ancrée défieront les hommes, chacune à sa manière. Ce roman est celui d’une Chine qui se transforme, des mœurs qui bouillonnent, des femmes qui gouttent à l’indépendance. Chi Li détaille avec beaucoup de finesse le quotidien de ces trois Chinoises, l’attachement naissant et les liens qui se créent. Elle nous entraîne merveilleusement dans la poésie routinière, dans la délicatesse de la pudeur et la fragilité de la puissance.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@