Littérature étrangère

Elizabeth O'Connor

Sur l'île

illustration

Chronique de Laure Bazin

Librairie Refuge (Guichen)

Dans ce premier roman extrêmement évocateur, Elizabeth O’Connor raconte, en peu de mots, la vie aussi âpre que poétique des îliens. Un récit immersif porté par une jeune héroïne en quête d’émancipation.

En 1938, sur une petite île au large du Pays de Galles, Manod Llan aspire au changement. Elle vit dans un cottage à flanc de colline avec sa petite sœur et son père, pêcheur de homards. À 18 ans, la jeune femme évalue le peu d’options qui s’offrent à elle : rester et épouser un îlien ou, comme beaucoup d’autres avant elle, tenter sa chance sur le continent. Alors qu’une baleine échoue sur l’île, comme annonciatrice d’un présage, deux ethnologues débarquent pour étudier les îliens et écrire un livre sur eux. Leur arrivée va insuffler un sentiment de liberté à la jeune femme qui voit en eux une ouverture pour son avenir. En leur servant d’interprète, Manod portera un nouveau regard sur son île et ses traditions, mais aussi sur cette vie continentale qu’elle idéalise autant qu’elle craint. Au départ fasciné par ces étrangers, la jeune fille ressent petit à petit de la gêne et de la méfiance face à ce regard extérieur sur son mode de vie. Sur l’île est une lecture qui nous happe de manière surprenante. Malgré un style épuré, une atmosphère très forte émane de ce roman. Alternant les courts chapitres avec des extraits de livres et d’enregistrements des ethnologues, Elizabeth O’Connor nous transporte sur l’île, ses embruns, ses couleurs, ses traditions… En quelques mots, elle distille les informations d’un quotidien qui s’apprête à être chamboulé. Bien que le temps sur l’île semble s’être figé des années en arrière, l’Europe, elle, s’embrase à l’approche d’une prochaine guerre. En donnant la voix à la jeune Manod, l’autrice nous plonge dans ses pensées, révélatrices d’une émotion contenue mais aussi d’une grande force de caractère. Un roman subtil et très évocateur, dont le style rappelle celui de Claire Keegan, avec cette capacité à apporter de la lumière et de la délicatesse dans un quotidien en apparence banal.