Littérature française

Grégoire Delacourt

La Liste 2 mes envies

illustration

Chronique de Benoît Lacoste

Librairie Aux feuilles volantes (Saint-Paul-lès-Dax)

Jocelyn a renvoyé un chèque de 15 millions à Jocelyne. Que va-t-elle faire de cet argent ? L’offrir ! Sans contrepartie, juste aider. Commencent alors les ennuis, les surprises, les incompréhensions.

Douze ans après sa première parution, Grégoire Delacourt offre une suite à La Liste de nos envies, son plus grand succès. L’opus a été adapté au cinéma (Grégoire Delacourt y fait une belle allusion) et fait l’objet de plusieurs adaptations théâtrales. Il ne change pas une équipe qui gagne : La Liste 2 mes envies fait du bien et fait toujours autant réfléchir le lecteur. « L’argent doit permettre d’avoir une vie debout. D’être un être qui marche. Qui décide. C’est à cela qu’allait servir le mien. » On retrouve Jocelyne et toutes ses qualités humaines : sa générosité, sa gentillesse, ses peurs, sa bienveillance et ses petites folies. À l’instar du grand frère, on passe du rire aux larmes, on s’énerve et on compatit. Rassurez-vous, c’est aussi une belle histoire car ce roman est gai, ce roman est drôle et émouvant, ce roman est feel good car, comme l’écrit Grégoire Delacourt, « chacun dira ce qu’il voudra, mais c’est quand même plus agréable à lire qu’un livre sur le nombril souffreteux ou ulcéré de son auteur ». L’écriture est simple, positive, touchante, addictive. Comme pour le précédent, on tourne les pages avec gourmandise, on lit le tout d’une traite. Il y a de plus un petit côté Amélie Nothomb dans cet opus. Vous y apprendrez des mots : connaissez-vous un « trouple » ? Savez-vous définir une « catachrèse » ? Vous philosopherez et verrez la vie différemment. « Tout le monde n’a pas d’argent, a expliqué Romain, mais tout le monde est riche de ce qu’il possède, et quand ce qu’on possède a de la valeur pour un autre, cela devient une monnaie. » Rendez-vous dans 12 ans pour la suite ? Vous verrez, en refermant le livre, que c’est bien possible !