Littérature étrangère

L’Irlande de Claire Keegan

Previous Next

Par Marianne Kmiecik

Librairie Les Lisières (Villeneuve-d'Ascq)

Une écriture vive, un style tout en subtilité, des histoires courtes et marquantes : voilà comment l’on pourrait qualifier les textes de Claire Keegan ! L’Irlandaise, autrice emblématique du catalogue des éditions Sabine Wespieser, offre une remarquable nouvelle pour les 20 ans de la maison.

Avec leurs livres reconnaissables au premier coup d’œil – ce format carré et cette belle mise en page, particulièrement soignée – et leur catalogue vraiment précieux, les éditions Sabine Wespieser nous ravissent à chaque nouvelle parution. Claire Keegan nous avait quant à elle subjugués avec ses nouvelles. Deux recueils sont disponibles : L’Antarctique (2010) et À travers les champs bleus (2012). Entre ces deux publications, un roman, Les Trois Lumières (2011), un récit court et intense sur une fillette confiée un temps, par ses parents, à un couple assez âgé et sans enfant. Il nous aura fallu attendre huit ans, après la sortie d’À travers les champs bleus, pour retrouver Claire Keegan. Cette attente fut récompensée en 2020 avec Ce Genre de petites choses (Le Livre de poche). Ce roman est une merveille. Claire Keegan y évoque la situation de ces filles-mères enfermées de force dans des couvents où elles sont maltraitées et quasiment réduites à l’esclavage. Le roman se déroule en 1985. Alors que Noël approche, un marchand de bois livre un de ces couvents et comprend que quelque chose cloche. Ramené à sa propre histoire familiale, l’homme sera profondément bouleversé par cette découverte. Si le sujet est dramatique, l’écrivaine parvient pourtant à créer une atmosphère lumineuse, bercée aussi par la beauté et les joies de la vie. Avec Misogynie, une longue nouvelle initialement parue dans The New Yorker et offerte à Sabine Wespieser (où il est d’ailleurs question d’une Franco-britannique forte et indépendante prénommée Sabine !), Claire Keegan nous impressionne une fois de plus. Elle a l’art et la manière de raconter des histoires où tout passe par la suggestion et les non-dits ! Ici, il est question d’une relation de couple qui se termine. Cathal est un Irlandais pure souche. Sa vie vient d’être chamboulée par l’annonce de l’annulation de son mariage avec Sabine. Celle-ci a renoncé à cette relation marquée par le traditionalisme patriarcal de son compagnon. C’est qu’en Irlande, la misogynie se transmet de génération en génération par l’entremise d’hommes qui reproduisent les comportements de leurs pères envers leurs mères. Magnifiquement traduit par Jacqueline Odin, ce livre est un condensé de tout ce qui fait le talent de l’autrice : la justesse du propos, la subtilité, l’atmosphère et cette place qu’elle laisse toujours aux lecteurs et lectrices, la place des émotions, des sensations, des réflexions !