Chronique La Pièce du fond de Eugenia Almeida

  • Eugenia Almeida
  • Traduit de l’espagnol (Argentine) par François Gaudry
  • Coll. «Coll. « Bibliothèque hispano-américaine »»
  • Métailié
  • 08/04/2012
  • 200 p., 18.50 €

Par Brigitte Ma Tri, Librairie Atoutalire (Sens)

Le lecteur vit avec des personnages très différents les uns des autres et construisant pourtant ensemble une réalité proche de la nôtre. Palacios, un policier, fait son travail avec « professionnalisme » : « Si, il emmerde, si ! il est bourré toute la journée et il dérange les gens… » Frias, un policier de garde, lui répond : « Pourquoi tu l’as embarqué ?…. Mais pourquoi il t’emmerde tant ? » Juan, le clodo, est seul dans la pièce du fond du commissariat. Palacios aurait pu nous aider à la rendre insignifiante, laide ou rebutante. Non, elle nous questionne : sa taille ? La couleur de ses murs ? Énergique et entêtée, Sofia recherche son ami. Sa quête la guidera sur les pas d’Elena, psychologue installée depuis peu près de son lieu de travail, l’Hôpital Santa Lucia. Au bout d’un long couloir, son logement s’ouvre sur une pièce du fond jonchée d’objets, condensant un pan de vie laissé par les anciens occupants. Cette pièce du fond détrône celle, préoccupante, du commissariat. Dès lors, le lecteur est tenté d’inventer son propre dénouement.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@