Bande dessinée

Marguerite Abouet

Aya de Yopougon 8

photo libraire

Chronique de Clémence Lambard

Librairie Le Chat pitre (Fécamp)

Aya est-elle en prison ? Et Moussa est-il encore vivant ? Qu’est devenu Albert ? Le tome 7 des aventures d’Aya de Yopougon nous avait laissés de nombreuses interrogations. Dans ce nouvel opus de Marguerite Abouet, illustré par Clément Oubrerie, plusieurs personnages se trouvent dans une situation délicate. Albert se réveille dans un village perdu, séquestré par un charlatan censé guérir son homosexualité, Moussa a disparu et Bintou est sans domicile fixe après l'incendie de sa ville. Aya, elle, reste introuvable depuis sa sortie de prison. Une fois encore, nous retrouvons les couleurs, les vêtements, les odeurs, le parler de Yopougon, quartier populaire d’Abidjan, « Yop city » pour les intimes de la série. On est loin des clichés sur l’Afrique. Ici, les filles sont libres, intelligentes et bien dans leur peau. Tolérante et humaine, Aya reste à l’écoute des autres. Elle respecte l’autorité paternelle tout en voulant faire ses choix. On aime la retrouver comme on aime retrouver une amie chère.

illustration